Origine du Shiatsu

Du 6e au 10e siècle, il y eut un flux important de tous les aspects de la culture chinoise vers le Japon. Tout ce qui a été par la suite modifié ou perdu en Chine, a été préservé dans sa forme japonaise.

En 1603, Tokugawa réduit les contacts avec les autres nations jusqu’à la fermeture du Japon en 1635 jusqu’au 19e siècle. En conséquence, la culture du Japon a porté une attention sur le raffinement et le détail comme la palpation du corps. Tous les médecins devaient être qualifiés en Anma (massage traditionnel japonais similaire au Tuina chinois).
Ce diagnostic par palpation est une des 4 méthodes (observation, écoute, interrogatoire) avec le pouls perçu sur la totalité du corps (18 pouls).

Après cette période d’isolement, le Japon s’ouvre vers l’occident, tout en reléguant l’Anma aux établissements de bains en tant que massage pour le plaisir. On retrouvait aussi cette méthode de soin dans les milieux pauvres, devenu médecine du peuple.

Tamai Tempaku a été la figure centrale d’un mouvement qui voulait restaurer la dignité du travail corporel japonais et le premier à forger le terme Shiatsu en intégrant la théorie ancienne avec une compréhension moderne. Il a influencé le groupe qui a fondé la Shiatsu Therapist’s Association en 1925.
Deux étudiants dans cette association : Katsuke Serizawa (a combiné la recherche sur la résistance électrique de la peau sur les points d’acupuncture et le tsubo )et Tokujiro Namikoshi. Ils ont tous trois contribué à  l’influence occidentale dans le style du shiatsu, éliminant toute référence aux concepts de la médecine traditionnelle du Japon. Cela a rendu le Shiatsu mieux perçu et l’a réconcilié avec les instances gouvernementales japonaises en 1940.

En 1927, une autre école est fondée, celle de Sorei Yanagiya, médecin contemporain (1906-1959). Il maîtrise la médecine chinoise dans toutes ses dimensions : pharmacopée, acupuncture, diététique et exercices de santé. Il enseigne et soigne selon les principes du Taichi thérapie (la pratique fondée sur la reconnaissance des similitudes de nature et d’expression entre microcosme et macrocosme, entre l’être et son environnement). Il approfondit l’étude du shiatsu, et mit au point un shiatsu du ventre très élaboré, Ampuku, ainsi qu’une technique d’acupuncture sans insérer d’aiguille (poser l’aiguille sur le point à la surface et solliciter l’aiguille par de très subtils frottements, chiquenaudes et autres manipulations, en utilisant l’énergie de son Hara).

Tokuda (né en 1938) apprit le shiatsu avec Maître Ryosui Wakita, moine zen et disciple de Maître Sorei Yanagiya. Il se consacre à l’étude et la transmission du bouddhisme zen.
L’enseignement de Maître Tokuda propose aux débutants un apprentissage par schéma traditionnel de shiatsu complet qu’il nomme shiatsu familial. L’objectif est d’harmoniser les énergies. Afin de garantir l’efficacité de ce shiatsu, il convient pour le praticien de porter attention à sa posture et à l’état d’esprit dans lequel il pratique. Puis en deuxième temps il met en place le shiatsu thérapeutique dans lequel il est important d’apprendre à établir un bilan de santé, l’étude des valeurs thérapeutiques des points d’acupuncture et les stimulations particulières sur ces points. Conjointement, sont étudiées l’acupuncture, la pharmacopée et la diététique.

Nanikoshi a fondé l’institut nippon du Shiatsu puis le collège japonais du shiatsu qui reste la seule école reconnue par le gouvernement japonais (célèbre pour avoir guéri Marilyn Monroe tombée malade lors de sa lune de miel au Japon).
Après 1945, les américains adopte un peu la vie japonaise. Helen Keller va participer à la reconnaissance finale du shiatsu comme thérapie à part entière en 1964.
Avant 1970, le shiatsu a été exporté par des immigrants ou des diplômés de l’école de Nonikoshi mais sa pratique est restée confinée.
Après 1970 et après l’article d’un journaliste du New York Times, l’acupuncture, le shiatsu et d’autres disciplines asiatiques ont gagné en popularité.
Ohashi a beaucoup œuvré pour populariser le shiatsu aux Etats unis et en Europe, avec la technique du poids corporel relaxé en « rampant ». A partir de 1977 il enseigne l’emploi d’une main pendant que l’autre écoute, c’est le Zen shiatsu développé par Shizuto Masunaga.

2 thoughts to “Origine du Shiatsu”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *